fbpx
Actualités

Millésime 2019, encore une grande année en 9 ?

Septembre 2019

Retour

Millésime 2019, encore une grande année en 9 ?

 

Après les aléas climatiques marquants des millésimes 2017 et 2018, nous avons abordé 2019 avec beaucoup d’espérance et d’humilité face à la nature.

Par chance, les conditions météorologiques ont été plus favorables.

 « C’est une année calme et vertueuse : aucun accident climatique à déplorer et la pression maladie a été très faible. »
Bruno Patrouilleau , maître de chai et chef de culture

Des conditions propices se sont poursuivies du 5 au 13 septembre lors des vendanges de nos cépages blancs. Des nuits fraîches ont contribué à la protection des arômes et des matinées autour de 12 à 15°C pendant la récolte ont été idéales pour ne pas altérer la qualité des baies ramassées manuellement, en petite cagette.

Les sauvignon blanc et sémillon ont donné de beaux volumes et une très belle qualité de raisins. Les jus promettent déjà un grand millésime avec peu d’alcool et une acidité qui apportera un bel équilibre au vin.

 

PREMIÈRES IMPRESSIONS DE NOTRE MAÎTRE DE CHAI :

« Les jus sont particulièrement purs et fruités, dû à la fraîcheur nocturne et l’ensoleillement journalier des dernières semaines de maturation. L’acidité est impressionnante compte tenu de la chaleur des derniers jours. »

NOS PRÉVISIONS POUR LA SUITE…

Les vendanges de nos cépages rouges débuteront vers le 25 septembre, si tout se passe bien jusque-là, la récolte sera au moins aussi belle que celle des blancs !

« Nous avons une superbe arrière-saison. Normalement, tout se présente bien le vignoble est sain, sans traces de pourriture dues au botrytis. Les merlot seront les premiers à être vendangés ! Ils s’annoncent d’une grande richesse avec une couleur extrême et un rendement très satisfaisant. Ils contiennent beaucoup de sucres et encore une belle acidité. » –  Bruno Patrouilleau

 « En revanche, 2019 nous prouve encore que le dérèglement climatique est bien réel et il a une conséquence sur la maturité des raisins. » – Jean-Christophe Mau

Face aux épisodes de sécheresse la vigne a développé son système racinaire afin de puiser eau, fraîcheur et oligo-éléments dans les sous-sols, mais ce n’est pas toujours suffisant, notamment sur les parcelles de cabernet-sauvignon.

La vigne a bénéficié d’un ensoleillement très intense depuis juin, ce qui est positif, mais le temps extrêmement sec et le déficit hydrique qui perdure depuis le printemps bloque aujourd’hui la maturité du cabernet sauvignon. Ses pépins ne sont pas encore mûrs, il n’a pas encore atteint sa pleine maturité phénolique. 

Il faudra être encore un peu patient !

Retour