Vendanges 2021, le bilan - Château Brown
Actualités

Vendanges 2021, le bilan

Lundi 25 octobre 2021

Retour

Quel profil pour ce millésime 2021 ?

Ce millésime 2021 n’aura pas été un long fleuve tranquille pour les vignerons : la climatologie fût un énorme challenge. Revenons en détail sur les difficultés rencontrées tout au long du cycle.

Cette année encore, l’hiver doux et assez sec a encouragé le débourrement précoce de la vigne, la rendant alors plus vulnérable aux gelées printanières. Les températures négatives des deux matinées du 7 et 8 avril furent très éprouvantes mais se sont soldées, heureusement, par très peu de pertes au Château Brown.

Après l’épisode de gel, nous avons dû faire face à un printemps extrêmement humide, avec des précipitations record en juin atteignant les 230 mm, favorisant le développement du mildiou. Cependant, il a été bien maitrisé sur l’ensemble du vignoble, [1] dans un excellent timing, bravo à l’équipe!

La saison estivale fût ensuite très lente à s’installer. Au manque de soleil et de chaleur en juillet, s’ajouta des attaques de cicadelle verte[2], faisant de nombreux dégâts sur les feuillages et entrainant des retards de maturité à certains endroits.

Heureusement, le mois d’août fût sec et apporta un bel ensoleillement. Les belles journées chaudes et ventées, avec des nuits un peu plus fraîches, ont contribué à la concentration des baies et à une belle qualité. L’arrière-saison a été belle : septembre et octobre superbes ! Les vendanges 2021 ont démarré ainsi plus tardivement que l’année dernière mais sous de très bonnes conditions météorologiques.

Les premiers Sauvignon Blanc furent ramassés le 10 septembre et les derniers Sémillon le 17 septembre. Les rendements sont corrects (40 hl/ha). En cette fin octobre, les blancs ont terminé leur fermentation alcoolique et commencé leur élevage sur lie en barriques, où ils resteront 8 mois.

 

« Les Sauvignon Blanc sont vraiment superbes et très aromatiques. La fraîcheur estivale a préservé les acidités et les arômes. On s’achemine vers des vins plus tendus que ceux de 2020, davantage sur la minéralité » – Jean-Christophe Mau

 

Les vendanges des rouges se sont déroulées du 30 septembre au 12 octobre. Les rendements sont plus faibles (36 hl/ha).

Nous n’avons presque pas été touché par le gel et le mildiou, mais les petits rendements sont certainement liés au fait que durant la grande majorité du cycle nos vignes ont subi un stress fort : entre froid, humidité et manque d’ensoleillement…

 

« À la dégustation, le fruit est brillant sur les 3 cépages en rouge (Merlot, Cabernet Sauvignon et Petit Verdot). Les équilibres sont plutôt bons ! Les acidités sont assez élevées et les degrés (+/-12,5°C) beaucoup plus bordelais que sur les 6 derniers millésimes. » – Jean-Christophe Mau

 

Pour les vinifications nous privilégions des extractions douces et des cuvaisons relativement courtes (environ +/- 3 semaines) pour préserver ce fruité éclatant et apporter beaucoup de douceur et de rondeur au futur vin. Les premiers décuvages commencent déjà ce lundi 25 octobre sur les merlots !

« C’est un millésime qui devrait plaire aux consommateurs. Ce seront des vins fruités, qui pourront être consommés dans les 10 ans. Ils seront faciles à boire, très équilibrés, pas trop puissants ni trop alcooleux! »- Bruno Patrouilleau

 

À quel millésime peut-on le comparer ?

« La belle arrière-saison mais aussi le côté très fruité des vins avec des tanins de merlot manquant un peu de maturité me rappelle le millésime 2012 à Pessac-Léognan! »- Jean-Christophe Mau

[1] En premier lieu, nous insistons particulièrement sur la prophylaxie pour lutter contre les maladies de la vigne. Cette année, pour lutter efficacement contre le mildiou nous avons réalisé une pulvérisation de décoction de prêle, des effeuillages, des vendanges en vert, mais aussi des traitements à base de cuivre.

Bilan de la campagne phytosanitaire 2021 : utilisation de 68% de produits bio et biocontrôles

[2] La cicadelle verte est attirée par le feuillage vert, lorsqu’elle pique les feuilles sa salive toxique interrompt la circulation de la sève et la feuille brunit entrainant une diminution de la photosynthèse et un retard de maturité. Au Château Brown, pour lutter contre ce ravageur, nous n’utilisons pas d’insecticides, mais un insectifuge (diffère d’un insecticide car c’est un répulsif ou camouflant). Nous pulvérisons une argile blanche sur les feuilles pour camoufler la vigne et la protéger naturellement.

Retour